Actus

Global Rainbow Foundation Christopher Durhone : En route pour les Deaflympics 24 Mar 2022
  • Christopher Durhone.jpg

Christopher Durhone Nobee est un jeune athlète mauricien sourd, sélectionné par la Aurally Handicapped Persons Sports Federation avec sept autres athlètes, pour participer aux prochains Deaflympics d’été, les jeux mondiaux des personnes sourdes, qui se tiendront à Caxias Do Sul au Brésil, du 1e au 15 mai. Après avoir sollicité de lui-même - avec le soutien d’encadrants de la Global Rainbow Foundation, ONG où il est actuellement employé, - différents sponsors, Christopher a pu sécuriser sa participation aux épreuves du saut en longueur, triple saut et le relais 4*100 mètres.


A 12 ans, Christopher Durhone voit, lors d’un événement sportif, de jeunes personnes sourdes qui s’entrainent dans le cadre de compétitions d’athlétisme. Impressionné, il souhaite commencer lui-aussi des entrainements. Il voit là des possibilités d’aller au-delà de ses limites et de sa zone de confort et de pousser aussi loin que possible, toute la potentialité de sa force intérieure, dont il ne doute pas. « Je suis convaincu que, par les nombreux obstacles qui jalonnent le parcours de vie d’une personne sourde, la force dont cette personne dispose est immense. » Malheureusement, peu de personnes sourdes sont conscientes de cette force et l’utilisent pour aller plus loin. Souvent, elles sont freinées dans leurs élans par des inhibitions personnelles, ou venant de leurs proches surprotecteurs. Si aujourd’hui Christopher s’apprête à aller représenter Maurice aux Deaflympics d’été au Brésil en mai 2022, c’est parce qu’il veut ardemment montrer aux autres cette force des personnes sourdes.

Depuis sept ans maintenant que Christopher s’est lancé dans l’athlétisme avec le suivi de trois coachs différents tout au long de son parcours, dont son coach du début qui le suit encore aujourd’hui, le jeune athlète a eu l’occasion de participer à plusieurs compétitions sportives à Maurice, dont beaucoup où il courait aux côtés d’athlètes entendants, sans pour autant que la configuration ait été faite de manière inclusive pour les personnes sourdes. « Comment parler d’inclusivité lorsque dans des épreuves de sélection, l’on compare le chrono d’un athlète sourd à celui d’un athlète entendant, qui se lancent tous les deux sur une même course dont le départ est donné au son d’un fusil de course ?  Dans les compétitions internationales, pour les athlètes sourds, il y a un clignotant au sol qui s’allume pour signaler le départ. Tandis que dans certaines compétitions mauriciennes, l’athlète sourd se lance dans la course en regardant à côté de lui les autres se lancer. C’est comme ça qu’il sait que la course a débuté ! »

Ces obstacles, parmi d’autres, engagent donc un effort supplémentaire conséquent pour l’athlète sourd pour que ce dernier atteigne les épreuves qualificatives de compétitions internationales, ceci dépendant du temps chronométré, souligne le jeune homme. Arriver à se qualifier est donc une immense étape en soi pour un athlète sourd mauricien.

Christopher Durhone a représenté Maurice pour la première fois à 15 ans au premier Championnat Africain des Athlètes Sourds au Kenya. « Il y avait une foule immense, tous les athlètes étaient comme unis dans les mêmes émotions. Cela me connectait en même temps à cette force intérieure que je sentais monter en moi. Mais après, à l’épreuve du saut en longueur, j’ai raté mon coup. Là, plus que jamais, je me suis dit qu’il fallait que je montre ma force, que je pousse encore plus loin. L’équipe du relais était alignée avec moi et à l’épreuve du relais 4*100 mètres, nous avons fini troisième et nous avons eu la médaille de bronze. J’en suis extrêmement fier ! Pour moi, pour les personnes sourdes, et pour mes parents car j’ai vu l’immense fierté qu’ils ont eu eux-mêmes eu ce jour-là. Ma maman a pleuré et pour moi, c’était le moment où j’ai pu montrer à mes proches mon potentiel, et faire qu’ils voient au-delà de mon handicap. D’autant qu’à un moment, quelques temps auparavant, ils voulaient que j’arrête tout, car on venait de découvrir que j’étais asthmatique. Ils étaient inquiets, mais mon coach a pu leur convaincre que je pouvais continuer. »

Participer aux Deaflympics, c’est un rêve pour Christopher. « Je veux ramener une médaille d’or. Je m’entraine six jours par semaine pour cela. Je sais que je peux le faire. Et si jamais ça n’arrive pas, je me relèverai et je continuerai d’essayer. Je suis conscient qu’il ne s’agit pas que de gagner ; il s’agit de continuer à avancer, il s’agit de ce que l’on peut faire dans le futur avec les expériences que l’on acquiert. Cela étant, je veux surtout profiter de cette chance de représenter Maurice. J’aime Maurice. Parce que nous sommes si petits, et si cool, et si beaux ! »

 

A propos des Deaflympics

Ces jeux, dont la prochaine édition sera la 24e, sont organisés depuis 1924 sous l’égide du ICSD (Comité International des Sports pour les Sourds). Cette édition était initialement prévue du 5 au 21 décembre 2021 mais a été repoussée à la mi-mai 2022 en raison de la crise sanitaire mondiale liée à la CoViD-19. Une vingtaine de discipline sportives sont concernées et plus d’une centaine de pays participent. [À la suite d’une décision prise au début du mois par le ICSD et pour s’aligner aux recommandations des Comités Internationaux Olympiques et Paralympiques en vue de la situation qui prévaut en Ukraine actuellement, la Russie et la Biélorussie ne pourront pas faire participer leurs athlètes aux Deaflympics de mai 2022.]

En savoir plus http://www.deaflympics.com/.

« Retour à la page Actus
Les autres actus de cette ONG
Entrez votre demande (par mots-clefs) :