PILS - Prévention Information et Lutte contre le Sida

Santé

PILS est une association de lutte contre le sida fondée en 1996. Son but est d’offrir une structure de soutien aux personnes vivant avec le VIH à Maurice, à travers des actions marquées. Depuis 2013, PILS est officiellement devenu membre de la Coalition PLUS, union d’associations communautaires francophones regroupées dans la lutte contre le VIH/Sida. L’objectif de cette union internationale est de remettre les malades et les personnes exposées au risque d’infection par le VIH/Sida au centre des programmes de lutte contre la pandémie.

Quelques documents utiles :

  • (230) 212 48 41
    (230) 212 86 74

  • 3e étage, Labourdonnais Court, 47, Rue St, Georges, Port-Louis

Numéro d'accréditation auprès du National CSR CommitteeN./1089

SERVICES DE SANTÉ COMMUNAUTAIRE

En 2009, PILS lance, en partenariat avec le Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie, une caravane de santé qui parcourt l’île en proposant le dépistage du VIH et des soins primaires et en 2011 nous avons créé une infirmerie qui offre des consultations médicales et propose le traitement des Infections Sexuellement Transmissibles.

Au fil du temps, PILS a renforcé ses systèmes de santé communautaire à travers une unité qui offre, entre autres,  le dépistage communautaire et démédicalisé (qui permet à un personnel non-médical comme un pair-éducateur de réaliser un test rapide du VIH et le counselling), le conseil et l’orientation vers les services de prise en charge, l’éducation thérapeutique, les soins primaires, le travail terrain, la recherche des patients qui se sont éloignés du système de soin (dits “Perdus de vue”) et les groupes d’auto-support.

PLAIDOYER

Le plaidoyer consiste à exercer une influence sur les décideurs, et sur l’opinion publique, afin de faire évoluer des politiques publiques. Cette influence peut être obtenue à travers des rencontres avec les décideurs et autres personnes influentes, un travail structuré avec les médias, des campagnes publiques entre autres. Dans le cas de PILS, nous voulons changer certaines politiques de santé, par exemple, afin que nous ayons une meilleure gestion nationale du VIH et des hépatites virales.  

Le plaidoyer fait partie de la mission de PILS et forme une composante importante du travail de l’association. Nous nous attelons à influencer les lois, les politiques, et les pratiques ayant un impact sur les populations les plus exposées au VIH et aux hépatites virales, notamment les personnes qui utilisent des drogues, les travailleuses du sexe et les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. En effet, les lois qui les criminalisent et des services souvent inadaptés sont des freins à une réponse nationale efficace au VIH et au virus de l’Hépatite C.


LA PLATEFORME OCÉAN INDIEN DE RENFORCEMENT DE CAPACITÉS

En 2014 PILS instaure son département de Renforcement de Capacités et, à travers le programme « Transfert » de l’association AIDES, met en place et porte la Plateforme Océan Indien (PFOI). La PFOI réunit des associations communautaires de lutte contre le VIH/Hépatites/IST opérant à Maurice, à Rodrigues, à Madagascar, aux Seychelles et aux Comores, et agit en tant que plateforme commune de renforcement de capacité au niveau régional. Afin d’assurer une représentation plus complète des enjeux de la lutte contre le sida dans la région, l’ile de la Réunion et Mayotte font également partie du Comité de Pilotage bien qu’ils ne bénéficient pas directement des programmes de la PFOI.

Le principal objectif de cette plateforme est d’impliquer la société civile dans la prise en charge globale des populations les plus exposées et des personnes vivant avec le VIH/hépatites virales/IST. Pour atteindre cet objectif, la PFOI met en œuvre des activités de formations, des ateliers, du soutien technique et des échanges d’expertise pour transférer les savoir-faire dans des domaines tels que : le plaidoyer, la mise en place de stratégies, la conduite des projets, la levée de fonds, la gestion financière, la bonne gouvernance, l’approche en santé communautaire, l’accès aux traitements, la mobilisation des ressources et les enjeux socio-économiques de la lutte.

GESTION DES PROGRAMMES

L’unité de gestion des programmes regroupe les différentes fonctions (telles que le suivi et l’évaluation, la levée de fonds, les finances et l’administration) responsables de gérer les fonds alloués par nos bailleurs locaux et internationaux et de soutenir l’implémentation de nos programmes.

 

PILS a été fondée en 1996 par Nicolas Ritter dans un contexte de déni total face au sida à Maurice. Aucune vraie structure de prise en charge sociale ou médicale des personnes vivant avec le VIH n’existait alors, à une époque où des combinaisons de traitement efficaces commençaient à voir le jour aux Etats-Unis et en Europe.

A ses débuts, PILS était essentiellement composée d’un groupe d’amis et de parents, portés par une vision commune pour l’île Maurice. Leur but: briser le silence autour du VIH & sida et offrir aux mauriciens vivant avec le VIH les chances d’une meilleure qualité de vie, avec un accès adéquat aux traitements et soins, sans stigmatisation et discrimination.

Dès sa création, l’association se focalise sur la diffusion d’informations, le soutien aux personnes affectées et affectées par le VIH, la prévention et le plaidoyer, tout en étant consciente du besoin urgent d’une structure de prise en charge médicale des séropositifs.

Avec le soutien de la presse locale, PILS parvient à placer le VIH au centre des préoccupations politiques et médicales du pays. En ne sachant vers qui se tourner, quelques personnes séropositives ont immédiatement pris contact avec l’association PILS. Grace au soutien de l’association réunionnaise RIVE (Réunion Immunodéprimé Vivre et Ecouter), PILS a pu mettre sur pied un pont médical d’urgence afin de sauver ces vies. Le suivi médical et le soutien de ces personnes séropositives était ensuite assurés par les volontaires de PILS, dont un médecin bénévole, le Docteur Joy Backory.

Peu à peu, le besoin de réduire le taux de transmission parmi les personnes qui s’injectent des drogues devient crucial. Grâce au plaidoyer de PILS et à sa persévérance, le gouvernement mauricien instaure la gratuité de l’ensemble des traitements pour tous les séropositifs, dans le cadre de sa politique de santé (antirétroviraux, traitements contre les infections opportunistes, analyses des CD4…) et crée un centre de consultation pour les personnes séropositives, le National Day Care Centre for Immunosuppresed (NDCCI).

PILS est aujourd’hui l’acteur principal de la riposte contre le sida et les hépatites virales. Au fil de ses partenariats et de son expérience, PILS s’est développée en une équipe plus structurée, mieux formée et mieux préparée, et faisant partie intégrante d’une réponse nationale décidément renforcée. PILS travaille aux côtés du gouvernement local, du secteur privé, de ses partenaires de la société civile et de ses partenaires régionaux et internationaux.

La vision de PILS se définit comme suit :

Une société mauricienne sans l’impact néfaste du VIH et du sida. Nous croyons que cela peut être réalisé à travers une réponse conduite par la société civile au niveau national et régional ; Une réponse ancrée dans l’approche communautaire, et basée sur la protection des droits humains, tout en renforçant l’appropriation de la réponse par les populations clés les plus à risques.

1999 : Maurice se procure les antirétroviraux (ARV), mais uniquement pour prévenir la transmission de la mère à l’enfant ou après une exposition accidentelle au sang, le PEP, Post-Exposure Prophylaxis.

2002 : Le traitement ARV gratuit est mis à disposition de toutes les Personnes Vivant avec le VIH indistinctement.

2006 : Les premières actions de plaidoyer autour du programme d’échange de seringues et de méthadone sont menées par la société civile qui lance illégalement les premiers échanges de seringues. La même année, le HIV&AIDS Act est voté et la ségrégation des détenus est éliminée.

2006-2007 : Les programmes de réduction de risques (traitement de substitution à méthadone et programme d’échange de seringues) sont soutenus par le ministère de la Santé et de la Qualité de la vie.

2008 : Le Civil Status Act est amendé en vue d’autoriser le mariage entre un étranger vivant avec le VIH et un citoyen mauricien.

2014: Les formations pour le dépistage sont ouvertes aux ONGs, lançant ainsi le développement du dépistage communautaire et démédicalisé à Maurice.

2017 : Après l’arrêt de l’induction au programme de méthadone durant 2 ans par les autorités, le Ministère réintroduit ce programme après un vibrant plaidoyer de la société civile.

A fin 2016, les sources de financement de PILS était réparties comme suit :

 

Nos actus
  • DSC_0747.JPG
    Une 20e année dans la lutte contre le sida
    PILS - Prévention Information et Lutte contre le Sida
    13 déc. 2016
    Lire Plus
  • Eski-prizon-aret-ladrog.jpg
    Eski prizon aret ladrog ?
    PILS - Prévention Information et Lutte contre le Sida
    20 mars 2016
    Lire Plus
  • Nudhar-Bundhoo,-chargée-de-plaidoyer-à-PILS.jpg
    Nudhar Bundhoo, chargée de plaidoyer à PILS
    PILS - Prévention Information et Lutte contre le Sida
    09 févr. 2016
    Lire Plus
  • DSC_0321.JPG
    Tenter sa chance de rencontrer Obama !
    PILS - Prévention Information et Lutte contre le Sida
    27 oct. 2015
    Lire Plus
  • Nudhar.jpg
    Hépatite C : Dix fois plus infectieux que le VIH
    PILS - Prévention Information et Lutte contre le Sida
    19 juil. 2015
    Lire Plus
  • Equipe Capacity Building.jpg
    Focus sur le Capacity Building
    PILS - Prévention Information et Lutte contre le Sida
    20 mai 2015
    Lire Plus
Contactez cette ONG
  • Président
    Dhiren Moher
  • Responsable
    Nicolas Ritter
  • Adresse

    3e étage, Labourdonnais Court, 47, Rue St, Georges, Port-Louis

Structure légale et d'enregistrement
Reg No 4918 - Registrar of Associations
Entrez votre demande (par mots-clefs) :