Actus

Lovebridge Mauritius Miser sur le petit enfant pour construire des sociétés saines 30 août 2017
  • 20170804_163401.jpg
  • 20170804_154542.jpg
  • 20170804_100419.jpg

Chantal Quintin et Monique d’Alma sont deux spécialistes de la petite enfance qui travaillent pour l'association belge "Les Cent Langages de l’Enfant". Début août, elles ont animé à Maurice un atelier de réflexion sur la petite enfance et l’éducation à travers l’ONG Lovebridge, qui les a accueilli.


Chantal Quintin est formée en psychopédagogie et Monique d’Alma en puériculture et psychopathologie. Depuis 20 ans, munies de leur outil principal qui est centré sur les émotions, ce tandem propage la pédagogie « Reggio Emilia » dans différentes régions du monde, notamment en Belgique d’où elles sont originaires et au Congo pour Chantal Quintin.

« Reggio Emilia », ce concept italien qui a été à l’origine même de leur rencontre et qui est depuis, devenu leur philosophie de vie, travaille au développement des potentialités de chaque enfant.

Pour leurs ateliers organisés à Maurice avec le soutien de Lovebridge et de Business Mauritius, elles ont choisi de mettre l’accent sur la petite enfance, soit de 0-6 ans. « Nous avions le sentiment que dans le travail effectué ici, il y a un très grand investissement dans l’éducation au sens scolaire afin de donner à l’enfant les meilleures chances pour réussir dans la vie », explique Chantal Quintin.

Or, soutient-elle, il est primordial de considérer toutes les questions qui touchent au petit enfant qui se construit, car ce petit enfant devient plus grand, puis il devient l’adulte que l’on rencontre plus tard. « La manière dont on construit le petit enfant et la manière dont on investit dans la petite enfance fait la société de demain. »

Ainsi, « beaucoup de problématiques que la société doit réparer plus tard – drogue, alcool, délinquance, échecs scolaires… –  sont dues à des accidents plus ou moins grands dans l’enfance », précise Chantal Quintin.

« Si on travaille dans l’enfance, on travaille dans la prévention, plutôt que dans la réparation. Et si on redirige le budget et l’énergie de la réparation vers la prévention pour les enfants de moins de 12 ans, on fait un pas extraordinaire ! »

Au niveau des formations…

Les ateliers du 4, 7 et 8 août ont touché aux thèmes suivants : « Changements sociaux… autres approches de la famille », « Le soutien à la parentalité… ressources et limites », « Construire la réalité éducative avec les parents ».

Educateurs, puéricultrices, directeurs d’écoles, responsables de programmes… les participants remplissaient des fonctions très diverses au sein de différentes ONG. En tout, au moins 110 personnes de 20 ONG différentes ont participé, précise Monique d’Alma.

 « Ce qui nous a intéressées, c’était de rencontrer le monde de l’enfance à Maurice, qu’il soit en lien ou non avec des situations d’extrême pauvreté, et prendre le maximum de tout ce qui se passait. Mais nous ne connaissions pas le public. Nous avions pris de Lovebridge toutes les informations possibles, puis ce qui a été extraordinaire, c’était la rencontre avec les participants, qui nous ont parlé de leurs expériences », explique Chantal Quintin.

Heureuse de la dynamique des échanges au sein des ateliers, Monique d’Alma dit adhérer à la méthode partagée avec les différents groupes formés.

« Nous y croyons totalement et l’appliquons dans nos vies personnelles. Chantal et moi sommes conscientes que nous sommes riches d’une double expérience – sur le terrain quand nous traitons directement avec les enfants et les familles, et en tant que formatrices. »

 

Pour en savoir plus sur l’association « Les cent langages de l’enfant » : Voir ici

Pour en savoir plus sur Lovebridge : Voir ici

 

« Retour à la page Actus
Les autres actus de cette ONG
Entrez votre demande (par mots-clefs) :