Actus

Friends in Hope Marche de solidarité par Friends in Hope 12 oct. 2016
  • photo-1.jpg
Samedi 15 octobre à 10h, Rue Vandermeersch, Rose-Hill, Friends in Hope organise une marche de solidarité en soutien aux personnes atteintes de maladie mentale. Rencontre avec Neetysha Sawoky, manager de l’ONG.
Friends in Hope a eu 19 ans le 22 août dernier. Quelles ont été les réalisations les plus marquantes de l’association depuis sa création ?

Depuis les débuts, notre cœur de mission a été de soutenir les personnes atteintes de maladie mentale et leurs proches et de lutter contre la stigmatisation. Nous avons d’ailleurs mené une campagne de sensibilisation au niveau national en 2005 sous le thème « Sanz ou regard » et organisons régulièrement des causeries chez nous et dans l’île pour conscientiser le public sur la maladie mentale.

En 2000, nous avons ouvert le centre d’activité thérapeutique et inauguré le centre d’apprentissage et de travail en 2006. A ce jour, plus de 250 bénéficiaires ont été suivis chez nous. Nous avons aussi créé une librairie solidaire pour la revente de livres reçus comme dons - concept unique à Maurice.

En 2012, nous avions lancé un concours d’affiches sur la « déstigmatisation » de la maladie mentale pour les 15 ans de l’association. La même année, un accord a été signé avec le Diocèse Anglican de Maurice pour construire une résidence sur un terrain qu’il nous a offert à bail. Ce projet démarrera très bientôt si tout va bien.

Quel est, encore aujourd’hui, votre plus grand combat ?

Notre lutte contre la stigmatisation de la maladie mentale. C’est pénible pour une personne malade mentalement de subir le regard et le rejet de la société. Et depuis peu, nous avons dû nous lancer dans un nouveau combat – la survie de l’association – avec les nouvelles mesures budgétaires sur le CSR.

La marche prévue ce samedi, c’est une tentative de rallier le public à votre lutte contre la stigmatisation ?
Définitivement ! La santé mentale nous concerne tous et c’est dommage qu’une mauvaise perception existe encore à ce sujet en 2016 ! C’est pour cela que nous invitons le public à nous rejoindre ce samedi. Nous terminerons la marche à l’hôpital Brown Sequard à Beau Bassin. Le thème pour la marche « La dignité et le respect des personnes atteintes de maladie mentale » fera écho au droit de ces personnes à une vie décente.

La stigmatisation est-elle le principal obstacle qui empêche la personne atteinte de maladie mentale d’accéder à une certaine forme de guérison ou d’autonomie ?

Oui, sans aucun doute ! La maladie mentale est une maladie comme une autre qui nécessite un soin particulier. Une personne atteinte d’une maladie cardiaque, diabétique ou cancéreuse n’a-t-elle pas le soutien, la compassion et l’encadrement de la famille et des amis ? Les personnes atteintes de maladie mentale ont besoin de ce soutien pour atteindre cette autonomie et guérir, si possible. Ceci amène aussi pour eux la confiance en soi et la joie de vivre et les aide à retrouver leur place parmi leurs proches et dans la société.

Pourquoi le public nourrit-il encore cette peur de la maladie mentale et comment y remédier ?

Par manque d’information surtout. L’on imagine le malade mental comme une personne violente, agressive, incontrôlable, dont il ne faut pas s’approcher. Or, cette maladie n’est pas contagieuse. De plus, la prise en charge immédiate dès les premiers symptômes est importante. Il est important que les mauriciens s’informent sur la maladie mentale pour pouvoir apporter les premiers soins psychologiques nécessaires, tout comme s’il fallait porter secours à quelqu’un qui fait une crise cardiaque !

De quelle manière est-ce difficile et marquant pour quelqu’un de s’occuper d’un proche atteint d’une maladie mentale ?
La maladie mentale est généralement diagnostiquée à l’adolescence. C’est un choc pour les parents d’accepter la condition de son enfant, qui ne pourra peut-être pas avoir un avenir comme les autres. C’est aussi le choc quand dans certains cas, il s’agit d’adultes qui commencent à montrer des symptômes de maladie mentale. L’acceptation de la maladie doit se faire rapidement afin que les premiers soins puissent être apportés.
A Friends in Hope, nous offrons le service conseil aux familles, que notre psychologue rencontre une fois le mois. Il s’agit entre autres, de leur apporter les informations nécessaires pour mieux gérer leur quotidien aux côtés des malades. Nous faisons aussi si besoin des visites à domicile chez nos bénéficiaires pour les encadrer au sein de leurs familles.

En plus du soutien aux malades et à leurs proches, l’objectif de Friends in Hope est d’aider la personne atteinte de maladie mentale à réintégrer la société. De quelle manière ?

Quand nos bénéficiaires viennent au centre, ils sont pris en charge par une équipe professionnelle comprenant le responsable de thérapie, le psychologue clinicien,  les officiers de réhabilitation, l’assistant de réhabilitation et l’ergothérapeute. En adoptant une approche holistique, nous travaillons avec les bénéficiaires vers leur autonomie, leur responsabilisation, leur estime de soi et leur réinsertion sociale. Nous les accompagnons et faisons un suivi de leur progrès. Certains ont réussi à retrouver le chemin du travail et mènent une vie stable après leurs parcours chez nous.
Il y a quelques mois, vous avez emménagés dans de nouveaux locaux à Beau-Bassin. Quelles sont les avantages d’être dans ce nouveau lieu ?

Nous avons emménagés en juin. La maison que nous louons à un prix raisonnable est sereine et spacieuse et permet un meilleur confort pour la thérapie et les ateliers. Dans le jardin qui est plutôt grand, nous souhaitons commencer un projet d’embellissement de l’environnement à Friends in Hope, à travers un atelier de jardinage - qui sera aussi une forme de thérapie pour nos bénéficiaires -. Nous avons aussi la chance d’avoir de bons voisins qui sont venus à notre rencontre et qui ont été touchés par ce que nous faisons. L'espace dont nous disposons nous permet aussi d'envisager un projet de mini Librairie Solidaire à Beau-Bassin, à l'exemple de la librairie que nous avons à Vacoas.

Contact : 454-0849
« Retour à la page Actus
Les autres actus de cette ONG
  • Oummé Joomun, ergothépeute à l'association Friends in Hop.jpg
    Une campagne pour briser les tabous sur la santé mentale
    Friends in Hope
    11 sept. 2020
    Lire Plus
  • IMG_20180412_095536.jpg
    Une braderie de livres pour financer un projet résidentiel
    Friends in Hope
    09 avr. 2018
    Lire Plus
  • optimisé.jpg
    Un 20e anniversaire pour Friends in Hope
    Friends in Hope
    22 août 2017
    Lire Plus
Entrez votre demande (par mots-clefs) :