Actus

APEIM - Association de Parents d'Enfants Inadaptés de l'Ile Maurice Une blanchisserie remplace la menuiserie 30 sept. 2015
  • DSC_0454.JPG
  • DSC_0460.JPG
  • DSC_0468.JPG
  • DSC_0473.JPG

Lavage, repassage et pliage des uniformes n'ont plus de secret pour eux ! Neuf bénéficiaires de l'APEIM évoluent depuis mai, dans la nouvelle blanchisserie professionnelle de l'APEIM à Trianon, grâce à un partenariat avec Maurilait.

La réhabilitation des adultes handicapés à travers une mise au travail en situation réelle est une des vocations de l'APEIM. A Trianon, Bonne-Mère, Curepipe et Port-Louis, ce sont pas moins de 110 bénéficiaires, âgés de 18 à 55 ans, qui évoluent dans les différents ateliers. A l'artisanat, la cuisine, l'entretien des espaces verts et l'agriculture bio est venue s'ajouter la blanchisserie, en mai dernier.

« Nous avons converti la menuiserie en blanchisserie, car la menuiserie demandait trop de technicité et de motricité fine », explique Bernard Delangre, responsable des ateliers de Trianon, « l'idée est venue en 2012, lorsque 6 éducateurs de l'APEIM ont bénéficié d'une formation à l'IRTS (Institut Régional du Travail Social) de La Réunion. Nous avons alors constaté que la blanchisserie était adaptée aux besoins et aux capacités de nos bénéficiaires. De plus, à Maurice, c'est un secteur porteur d'emplois. Et nous prévoyons que d'ici moins d'un an, certains de nos adhérents soient employables, s'ils parviennent à s'adapter au rythme de travail soutenu d'une blanchisserie classique ».

Pour l'instant, les stagiaires de l'APEIM s'exercent sur le linge de leur client, l'entreprise Maurilait. Maurilait qui a financé la mise en place et l'équipement de la structure, à hauteur d'un peu plus de Rs 400 000. « Nous avons dû mettre en place un système de drains, adapter le sol, investir dans 4 machines à laver et 3 sèches linges de 15 kg. Mais pas des équipements à usage professionnel, qui sont trop coûteux », précise Bernard Delangre.

Maurilait a également formé l'équipe de l'APEIM sur l'hygiène et la sécurité. Et pour l'instant, tout fonctionne à merveille et sans incident.

« Chaque déficience intellectuelle nécessite une formation adaptée. Les explications ne sont pas les mêmes pour une personne trisomique ou autiste. Mais au-delà de cela, il ne faut pas surprotéger ces adultes, car en leur mettant des limites, on freine leur apprentissage. C'est ce qui peut arriver dans le milieu familial, où ils sont parfois trop « assistés ». Notre rôle justement c'est de les encourager à prendre confiance en eux et de les pousser à garder un bon niveau d'autonomie le plus longtemps possible. Et non, nos bénéficiaires ne se blessent pas en maniant le fer à repasser... Mais c'est certain que nos deux éducatrices restent très vigilantes et que la surveillance est permanente », précise Bernard Delangre.
Et c'est vrai, que ces neuf adultes âgés de 18 à 65 ans, manient avec aisance le fer à repasser. En cumulant le linge de Maurilait et celui de l'APEIM, la commande est de 165 uniformes et 120 serviettes lavés, repassés, empaquetés, par semaine !

« Nous estimons actuellement être à 75% de nos capacités. La phase pilote prendra fin en décembre avec une évaluation, qui nous permettra probablement de prendre en charge davantage de pièces de textile, à partir de janvier », prévoit Bernard Delangre.

Et pour éviter que la routine ne s'installe parmi les bénéficiaires, un jour par semaine est réservé à une autre activité dans un atelier au choix. La jardinerie pour les mains vertes, la cuisine pour les gourmands...

APEIM Trianon : 467 1681 ou 467 1711

« Retour à la page Actus
Les autres actus de cette ONG
  • jocelyne.JPG
    Jocelyne Beesoon : 35 ans d’amour jusqu’à la direction de l’APEIM
    APEIM - Association de Parents d'Enfants Inadaptés de l'Ile Maurice
    02 oct. 2017
    Lire Plus
Entrez votre demande (par mots-clefs) :